Des États généraux de la plus haute importance

Nos membres qui se préoccupent de conserver la mémoire des cimetières seront certainement intéressés d’apprendre que, du 6 au 8 octobre 2016, se tenaient à Montréal les États généraux sur les commémorations historiques. La revue de LAction nationale, dans son numéro de septembre, y consacrait d’ailleurs  son dossier spécial. C’est sous l’égide du réseau du Mouvement national des Québécoises et des Québécois (MNQ) que l’appel à participation a été lancé avec, à l’appui, un programme étoffé animé par des invités de marque.

Notre président Alain Tremblay y assistait. La fédération Écomusée de l’Au-Delà et ses membres attendront avec impatience les résultats et les recommandations issus de ce grand moment de consultation et de réflexion sur l’avenir de la commémoration. S’il existe bien une Politique de commémoration dans la capitale dont la mise en œuvre a été confiée à la Commission de la capitale nationale, l’État québécois ne dispose pas d’une Politique générale de commémoration s’appliquant à l’ensemble de son territoire. L’absence d’une telle politique représente une lacune étonnante pour un peuple qui a comme devise Je me souviens, et qui revendique son identité. N’a-t-on pas dit en effet que c’est dans la mémoire d’un peuple que réside une partie de son identité.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *