Ève L’heureux, en plus d’être étudiante à la maîtrise est membre active de Pierres mémorables. (Photo: Suzanne Beaumont)

Une étudiante en muséologie de l’université Laval s’est donné la généreuse et audacieuse mission de mettre ses connaissances au service de la conservation et de la mise en valeur des cimetières. Sortir des sentiers battus ne fait pas peur à Ève L’Heureux. En effet, cette dernière a annoncé qu’elle consacrera son stage à une étude de faisabilité portant sur le projet de mise en valeur du cimetière de Laval, qui est associé au centre funéraire Magnus Poirier. Ce projet, elle le mènera en collaboration avec l’Écomusée de l’Au-delà, sous la direction d’Alain Tremblay.

La désaffectation des cimetières pèse lourd sur le potentiel de survie de notre patrimoine funéraire pourtant riche d’histoire, d’art et de culture. La réappropriation des lieux pourrait-elle constituer une avenue pour les redynamiser ? C’est le pari que fait Ève. Celle-ci a déjà circonscrit les quatre volets de son projet, qui sont :

 

  1. une définition du projet
  2. une analyse contextuelle des aspects légaux, sociaux, organisationnels et environnementaux ; une évaluation, qui comprend :
    • une étude de marché et
    • un examen des ressources matérielles et financières;
    • la rédaction de l’étude de faisabilité.

À ce stade du projet, Ève est ouverte à tout. Elle envisage, entre autres, d’évaluer la possibilité de recycler un bâtiment existant dans le cimetière pour en faire un centre multidisciplinaire, qui inclurait un centre d’interprétation pouvant éventuellement devenir « une plateforme de valorisation du patrimoine funéraire mobilier québécois.» Dans ce projet, l’étude de marché et l’examen des ressources seront déterminants.

L’objectif de cette étude de faisabilité est d’évaluer la pertinence d’un modèle pour redynamiser les cimetières, les mettre en valeur et, de ce fait, les protéger. Selon Ève, « ce projet et l’étude qui suivra feront peut-être enfin tomber les murs qui séparent la société de son passé et de ses cimetières.» Les résultats de son étude sont attendus par tous les amoureux de cimetières.

Bonne suite Ève.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *