L’Écomusée hérite d’un fonds d’archives

Il y a quelques mois, l’Écomusée a été approché par les responsables de la liquidation du fonds d’archives de la défunte Association crématiste de Strasbourg (France), fondée au début du siècle dernier et refondée au début des années 1950, pour savoir si nous serions intéressés à recevoir ces archives. Le legs se décomposerait de la manière suivante : – des revues nationales et internationales traitant de la crémation, des cimetières et de la mort (de 1880 à nos jours) – des livres (XIXe et XXe siècles) traitant de la crémation, des modes de sépulture, du deuil et de la mort (nous n’avons pas la liste exacte de tous les titres disponibles) au nombre d’environ 1200 – des documents traitant de ces mêmes sujets : articles de journaux originaux ou photocopiés, extraits de livres photocopiés (en très grande quantité) – des diapositives et photographies (1960 à 2000) de cimetières et crématoriums à travers le monde. – quelques affiches des années 1930-1960. Ces documents sont majoritairement en langue française, mais il y a aussi des documents en anglais, allemand, italien, suédois, etc.

La plus grande partie de ce fonds est classée dans des caisses. Mais il en reste une petite portion encore en vrac qui mériterait un classement. Le volume total est estimé a priori à un peu plus de 20 mètres cubes.

Nature du legs

Rapidement, il y a eu des échanges de courriels avec Mme Catherine Noth, fille de feu M. Jean-Jacques Noth, fondateur de l’Association crématiste. Mme Noth nous a informés que des démarches auprès d’organismes européens avaient été entreprises, mais que ceux-ci n’étaient intéressés que par certaines parties de la collection. Par contre, Mme Noth préfère la garder intacte dans son intégralité,  ne pas la diviser, point de vue que nous partageons.

Préparatifs en vue du transfert

Suite à nos discussions, Mme Noth nous a fait part qu’elle n’avait pas d’objection à ce que la partie «dossiers» soit numérisée, ce qui rend, pour nous, l’offre beaucoup plus intéressante. Ainsi, nous croyons être en mesure de réduire considérablement la taille du don. La partie du legs qui sera numérisée permettra, grâce au web, d’accroître la visibilité de notre organisme, et la partie «livres et magazines» nous permettra d’atteindre une masse critique de documents intéressants nécessaire pour justifier à court terme l’ouverture d’un local permanent accessible aux chercheurs et à nos membres.

Une première évaluation du coût du transport de la collection a été effectuée et s’élève à 10 000 $. Il faut dire ici qu’il s’agit de 4 tonnes de documents. Une collecte de fonds a donc été entreprise. La collection devrait arriver à Montréal à l’automne prochain. Le lieu d’entreposage n’a pas encore été déterminé. Notre présidente, Mme Dusseault-Letocha, s’est dite très honorée par l’offre qui nous a été faite et reconnaissante auprès des liquidateurs de l’Association crématiste.

Mme Noth nous a fait parvenir une vidéo ainsi qu’un inventaire sommaire.

Visuellement un fonds d’archives n’est pas bien excitant, mais les trésors qu’il contient sont à découvrir (photo: C. Noth)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *