Une entrevue menée par Suzanne Beaumont avec Madame Johanne Gagnon, conseillère au Développement des services aux familles et à la Communauté de la Compagnie des cimetières Saint-Charles et Belmont à Québec.

Madame Gagnon, quel est votre mandat dans la compagnie des Cimetières Saint-Charles et Belmont?

Mon mandat comporte deux volets. Le premier est de bonifier et d’améliorer les services déjà existants pour nos familles, dont ceux offerts à l’accueil et lors des commémorations annuelles. Nous avons également ajouté des célébrations à la fête des mères et des pères. Nous recevons nos familles avec un petit goûter. Toutes ces petites attentions sont très appréciées de notre clientèle.

Le second volet de mon mandat est d’offrir des évènements nouveaux à notre clientèle et à la communauté, évidemment en lien avec nos activités, comme les visites guidées, mais également des conférences et des cafés-rencontres spirituels. Je travaille également sur toutes sortes de projets spéciaux avec des groupes communautaires et des associations de retraités.

Le but est de faire découvrir ou redécouvrir nos lieux d’une grande beauté, pleins de richesse au point de vue historique, et ainsi, d’offrir une expérience positive d’une visite au cimetière.

C’est Johanne Gagnon qui a eu l’idée originale d’utiliser un véhicule motorisé pour transporter ses visiteurs. Ce faisant, elle a élargi l’éventail de mobilité de la clientèle et permis de tenir l’activité en continu pendant l’été, et ce, même s’il pleuvait. (photo: cimetière Belmont)

Nos lecteurs sont  curieux de savoir comment vous est venue l’idée de ces ballades historiques dans le cimetière.

Des visites guidées avaient déjà été offertes par le passé, des balades à pied et nous avons également une application gratuite qui se télécharge avec un téléphone intelligent, qui offre deux circuits : le premier est celui des premiers ministres du Québec et le second, est celui des maires de la ville de Québec. Je trouvais que le filon des visites devait être exploité, je cherchais un moyen, disons, motorisé, de transporter mes visiteurs et je souhaitais également recevoir un large public, non pas seulement des adeptes de politique ou d’histoire.

Avec l’aide de collègues et après beaucoup, beaucoup de marches dans le cimetière, j’ai conçu un circuit composé d’artistes, de politiciens, de grands commerçants, de drames qui ont perturbé notre ville, en passant par les mœurs de l’époque ainsi que certains symboles sur les œuvres funéraires. J’ai fait le pari que le public serait charmé.

Pour le choix de la calèche-tramway, c’est mon collègue Robert Julien qui en a eu l’idée, je lui en dois donc le crédit.

Quel a été votre plus grand défi dans la réalisation de ce projet?

Avoir des visiteurs sans que nous investissions dans la publicité. Le déboursé pour la calèche-tramway était considérable. Je souhaitais également avoir des groupes organisés programmés pour tout l’été.

J’ai fait du démarchage auprès de maisons de personnes retraitées, d’associations de professionnels retraités et de groupes communautaires. J’ai présenté la visite guidée aux personnes responsables de ces groupes et je dois avouer que les gens manifestaient beaucoup d’enthousiasme. Alors, rapidement et assez simplement, j’ai pu combler les 28 plages horaires des visites guidées, du début de juin à la mi-septembre.

Parlez-nous de vos sources pour le contenu de la visite.

Beaucoup de lecture ! Les écrits de Thérèse Labbé, Brigitte Garneau et Lorraine Guay. Des recherches sur Internet, sur le site Ancestry, et des découvertes extraordinaires dans nos archives. Comme j’aime beaucoup l’histoire, la tâche fut agréable.

Avez-vous été surprise de la réponse du public de Québec?

En fait oui, ça dépasse mes espérances. Nous avons reçu des dons, ainsi que des appels et courriels de remerciements. La calèche a toujours été remplie. Il y a même une liste d’attente.

Pouvez-vous nous annoncer dès maintenant si l’activité reviendra l’été prochain ? Dans une autre formule ou dans un autre cimetière?

Oui, nous répèterons l’expérience au cimetière Belmont et nous ajouterons également le cimetière Saint-Charles de Québec.

Merci de votre temps Madame Gagnon, et longue vie à vos projets.

 

Bien assis dans un tram électrique, les participants se laissent instruire par leur guide. Une des vedettes de la visite est sans conteste le calvaire qu’on aperçoit en arrière plan et qui sera présenté en détail dans l’article sur le sujet de ce bulletin. (photo: Cimetière Belmont)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *