Un colloque en novembre

La communauté musulmane du Québec : la quête de lieux de sépulture

Le jeudi 2 novembre 2017, de 18h30 à 22h

Le vendredi 3 novembre 2017, de 18h30 à 22h

Centre Saint-Pierre, salle Marcel-Pépin, 1212, rue Panet, Montréal, (à quelques minutes de marche de la station de métro Beaudry).

 

Ce colloque cherchera à comprendre les difficultés qu’éprouve actuellement la communauté musulmane du Québec à trouver des lieux pour inhumer ses morts selon ses traditions.

Organisé par la Fédération Écomusée de l’Au-Delà pour le patrimoine funéraire du Québec, en collaboration avec l’Association de la sépulture musulmane du Québec, le colloque ne prétend pas clarifier tous les tenants et aboutissants de cette situation inédite. Nous souhaitons seulement établir les bases d’un dialogue entre les personnes de confession musulmane et la société d’accueil.

Il se déroulera en deux temps. Dans un premier temps, à la séance du jeudi soir, nous dresserons un portrait sommaire de la réalité musulmane au Québec : les vagues d’immigration, la répartition sur le territoire, les branches de l’Islam, les rites funéraires, les modes de sépulture, les lieux de sépulture actuels et la gestion des cimetières en terre musulmane.

En parallèle, dans de courtes interventions, nous ferons un retour sur l’histoire religieuse du Québec d’hier et d’aujourd’hui, en particulier la création des cimetières confessionnels. On verra pourquoi l’Église catholique conservera la mainmise sur la gestion des cimetières et comment son rigorisme du XIXe siècle fermera à double tour, et pour longtemps, les portes de ces lieux : on citera le célèbre cas de l’excommunié Guibord, à qui on refusait l’entrée du cimetière catholique de la montagne.

Mais le Québec moderne a bouleversé nos manières de voir : nous nous pencherons sur le déclin des pratiques religieuses, sur les réticences des Québécois à l’égard des discours religieux et sur les raisons qui expliquent pourquoi la majorité des cimetières du Québec sont encore confessionnels. On abordera la pratique de la crémation, finalement autorisée par le Vatican (1963-1964), ce qui modifia considérablement nos rituels funéraires. Enfin, nous réfléchirons sur la pertinence ou non de démocratiser les lieux de sépulture traditionnels.

Dans un second temps, à la séance du vendredi soir, nous essayerons de comprendre et d’analyser plus spécifiquement les points de vue des différents protagonistes liés à l’imbroglio que nous connaissons tous. Il sera évidemment question du cas du cimetière de Saint-Apollinaire. Nous essayerons aussi de comprendre pourquoi certains cimetières refusent l’accès aux musulmans, alors que d’autres au contraire, principalement des cimetières privés commerciaux, sont heureux de leur ouvrir toutes grandes leurs portes. Également, nous tenterons de savoir pourquoi certains cimetières commerciaux ou certaines coopératives funéraires qui tentent de les accommoder n’arrivent pas à satisfaire aux exigences de certains imans.

Nous réfléchirons à la pertinence de maintenir le caractère confessionnel des cimetières au Québec et les pratiques telles que la conservation à perpétuité des sépultures, et nous nous questionnerons sur la « solution Labeaume » de cimetière musulman confessionnel : « Un cimetière qui promet de la place pour 50 ans et des sépultures qui seront conservées à perpétuité », selon les promoteurs du Centre culturel islamique de Québec.

Finalement, nous étudierons la possibilité de trouver des compromis qui permettraient aux membres de toutes les confessions religieuses, ainsi qu’aux athées et aux agnostiques, de mieux vivre et mourir ensemble.

Les échanges, questions et commentaires, occuperont une place capitale : ils alimenteront, bien sûr, le dialogue et permettront également aux participants de se prononcer sur les éléments d’un projet de déclaration commune en rapport avec l’objet du colloque. Rédigée par un comité ad hoc au fur et à mesure du déroulement des séances et adoptée in fine par l’assemblée, la déclaration clôturera le colloque.

Le programme définitif et la liste des conférenciers seront publiés en ligne sur le site web de l’Écomusée de l’Au-Delà environ deux semaines avant la tenue de l’évènement.

Inscription obligatoire au coût de 20$ par soirée.

Fédération Écomusée de l’Au-Delà pour le patrimoine funéraire du Québec
Tél. : 514 528-8826
Courriel : courriel@ecomuseedelaudela.net
Site web : https://www.ecomuseedelaudela.net

Alain Tremblay, directeur, Fédération Écomusée de l’Au-Delà

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *