C’est avec surprise et intérêt que, comme membres de la Fédération de l’Écomusée de l’Au-Delà, nous apprenions le 27 mai dernier, par un article de Johanne Fournier dans le Soleil, l’annonce le même jour à Rimouski, de la création de l’Institut du patrimoine funéraire du Québec par son président Yoland Tremblay, ex-directeur de la fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal et de son cimetière Notre-Dame-des-Neiges. On se rappellera que ce cimetière, le plus grand au Canada, fut fondé en 1854. Il est classé comme Lieu historique national et fut inscrit comme Site patrimonial déclaré du mont Royal en 2005.

La création d’un tel institut serait une première au Québec selon M. Tremblay. Son objectif serait la sauvegarde et la conservation des cimetières,  ce qui représente la mission de l’Écomusée de l’Au-Delà. Mais aussi, comme tout institut, il permettrait la création d’un centre de documentation sur l’histoire et le patrimoine funéraire de même qu’un répertoire des nombreuses œuvres d’art des cimetières et de leurs auteurs. Les instituts sont en effet des établissements de recherche scientifique et d’enseignement. Ainsi à cet égard, on ne peut que saluer l’arrivée d’un tel organisme national voué aux cimetières.

L’Écomusée de l’Au-Delà, né lui aussi du cimetière Notre-Dame-des-Neiges  il y a vingt-cinq ans, mais fédéré depuis aux régions du Québec, est quant à lui, un organisme voué à la défense du patrimoine funéraire, des cimetières dont plusieurs sont en péril dû à l’évolution des mœurs et des rites comme le souligne M. Tremblay, mais aussi souvent dû à leur mode de gestion. Notre organisme se consacre également à leur connaissance, à leurs origines comme fondateurs de la notion même de patrimoine, à leurprésente situation en difficulté, et surtout peut-être à leur avenir, à leur destin dans la société, dans le tissu urbain et sur l’ensemble du territoire.

C’est surtout pour nous aider dans cette seconde fonction que nous saluons la création de l’Institut du patrimoine funéraire du Québec auquel nous souhaitons pouvoir nous associer comme membre important, sinon par notre expertise du moins par notre expérience en matière de protection et d’intervention publique, un rôle essentiel que nous comptons maintenir et améliorer grâce justement à cette association.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *