L’Écomusée de l’Au-Delà Fondé le 17 septembre 1991

Fondation de l‘écomusée de l’Au-Delà

Le mardi 17 septembre 1991. Les fondateurs de l’Écomusée, de gauche à droite : Jean Lachapelle, feu Laval Létourneau, feu Marc Drouin, Frances Moyle, feu Denis Samson, Alain Tremblay.

l’Écomusée de l’Au-Delà

L’Écomusée est surtout virtuel, même s’il a à son actif plusieurs activités publiques et interventions dans l’espace médiatique.

Ainsi les principales activités de l’Écomusée sont de quatre ordres :

  1. La constitution et la mise en consultation d’une importante base de données documentaire et bibliographique destinée aux chercheurs et au grand public.
  2. L’organisation d’événements et d’activités en lien avec ce qui touche de près et de loin à la mort comme des expositions, des colloques, des forums, des cérémonies commémoratives, des visites guidées.
  3. La publication d’ouvrages spécialisés, la communication d’avis professionnels, la publication de mémoires et l’intervention publique sur des sujets relatifs à la mort et au patrimoine funéraire. L’Écomusée publie également un bulletin devenu quadrimestriel disponible en format numérique sur son site.
  4. Fédérer des professionnels, des amateurs et des organisations à l’entour des questions qui intéressent l’Écomusée de l’Au-Delà.

L’Écomusée de l’Au-Delà, fondé le 17 septembre 1991 est un organisme à but non lucratif qui a pour mission :

  • Promouvoir la sauvegarde, la conservation, la restauration et la connaissance des cimetières et le développement des nouvelles formes de sépultures et de commémoration des défunts dans le respect des valeurs spirituelles, civiques, patrimoniales et environnementales de la société contemporaine.
  • Impliquer individus, familles, associations et autorités dans l’avenir et la préservation de l’intégrité de ce patrimoine, en cherchant tout particulièrement à accorder modes de sépulture et de commémoration et développement durable.

Inauguration de l‘Écomusée de l’Au-Delà

Le vendredi 1er novembre 1991 avec l’exposition La fête des morts : une fête pour les vivants sous la présidence d’honneur de l’écologiste Pierre Dansereau Pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM, du 1er au 8 novembre 1991.

On dit que « la mort est une nouvelle naissance ». Et c’est vrai que le sens d’une vie devient plus clair, plus visible vers la fin. La solidarité qui nous rattache aux générations passées nous fait un devoir non seulement de les honorer, mais de dégager le message qu’elles nous ont transmis et de le porter sur le plan de l’action.

Pierre Dansereau – 1er novembre 1991